La grande Histoire du mariage...

Les Époux Arnolfini de Jan van EyckDepuis l’aube de l’humanité, le couple et la famille ont toujours existé même s’ils ont pris des figures très diverses au fil des siècles. Bien avant l’époque romaine, déjà, on retrouvait des cellules familiales au sein des tribus (vers 2 000 av. J-C).

Ce n’est qu’un millénaire plus tard, dans l’Antiquité grecque et romaine, que l’homme, le patriarche, prend une place prépondérante dans la famille et la société. Qu’en est-il de l’acte de mariage ? Depuis quand existe-t-il et comment a-t-il évolué ?

Les sombres heures du mariage

L’invention du mariage tel que nous le connaissons (à peu de chose près) aujourd’hui, c’est-à-dire en tant qu’institution, remonte à la Rome antique : destiné à assurer la descendance de l’homme, il attribuait à la femme un statut d’épouse, mais surtout, la plaçait sous la tutelle de son nouveau "propriétaire"... Une forme d’esclavage qui relevait davantage du rapt à cette époque que de la véritable histoire d’amour.

Heureusement, le mariage a fait du chemin depuis, du moins dans nos pays occidentaux – quoique la tutelle du mari fut exercée en France jusqu’au XIXè siècle. Au Moyen-Age, sans doute l’ère la plus sombre de l’histoire du mariage, la sacralisation de ce dernier en fait un moyen d’oppression pire encore et continue d’instrumentaliser la femme... Mais à Rome ou ailleurs, il est toujours plus ou moins réservé aux nobles et rime avec un intérêt commercial entre les familles.

Une évolution ... progressive

Mais cela ne veut pas dire que les filles pauvres ou de milieu simple n’avaient pas droit au mariage : au contraire, loin des intérêts commerciaux et des complots urbains, elles étaient peut-être les seules à se "payer le luxe" d’une véritable union d’amour ! Mais au sens institutionnel, celle-ci ne pesait pas lourd dans la balance ; le veuvage pouvait alors avoir des conséquences dramatiques car l’épouse est entièrement tributaire des possessions financières et matérielles de son mari. Si ce dernier ne lui laisse rien, la veuve peut se retrouver dans la misère la plus totale.

Ironiquement, pour les filles de riches familles mariées sans leur consentement, le veuvage était la seule porte de sortie pour jouir pleinement de sa liberté et de sa fortune : à la mort du mari, elle recouvrait certains droits. Le droit au divorce, lui, est décrété en 1792 en même temps que la laïcisation de l’état-civil – vive la Révolution !

Quant au mariage d’amour

La femme occidentale a peu à peu réussi à échapper au joug marital qui allouait tous les pouvoirs à l’époux. Au siècle des Lumières, les philosophes défendent le droit à l’amour de diverses façons : si Voltaire propose le modèle de l’amour libre, Rousseau y préfère celui du couple fidèle par devoir – mais un couple qui s’aime. Durant la Restauration, l’autorisation de divorce est suspendue jusqu’en 1804. Au cours du XIXè siècle cependant, le mariage et l’image du couple font définitivement alliance avec le romantisme, omniprésent dans la littérature et dans les arts.

Le mariage d’amour triomphera sur le mariage de raison, surtout suite aux Guerres mondiales qui détruisent des millions de couples et de familles, transcendant les sentiments de l’amour tragique, du manque, et du devoir de fidélité.

Écrit par Gaëlle le dans Histoire & Traditions

Laisser un commentaire

Nom

Adresse de contact

Site web

Commentaire

Code de sécurité : p9th3p846k